PROJETS DE RECHERCHES

L’IASP s’est donné pour mission dès sa création de contribuer par la recherche de qualité à la résolution des problèmes de santé de populations. Elle conduit des projets de recherche propres et collaboratifs dans plusieurs domaines :
  • Santé de la mère et de l’enfant ;
  • Systèmes de santé et financements de la santé ;
  • Maladies non transmissibles ;
  • VIH/SIDA et autres maladies sexuellement transmissibles
  • Maladies infectieuses
Les projets de recherche conduits ces cinq dernières années ou ayant connu une contribution significative d’enseignants chercheurs de l’IASP dans le cadre de réseaux de collaborations comprennent :
 
  • Evaluation des effets, de l’implantation, de la pérennisation et du potentiel de passage à l’échelle de l’intervention innovante ``Jeunes Femmes Mariées et Parents pour la première fois’’ pour accélérer la demande et l’utilisation de la planification      familiale    au Burkina Faso. 
Projet financé par l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS- https://www.wahooas.org/web-ooas/fr ) et mis en œuvre en 2019-2020. Il vise à documenter la mise en œuvre et les effets d’une intervention innovante sur les intentions et choix reproductifs de jeunes femmes en début du parcours reproductif.
 
  • Le projet de recherche sur la Check-list de l’OMS pour les accouchements sécurisés. 2018-2020
Projet mis en œuvre au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire et visant à évaluer la qualité des soins à l’accouchement, mettre en place et tester la check-list de l’OMS en vue de l’amélioration de la qualité des soins à l’accouchement. Financement OMS/HRP.
 
  • Étude comparative de la rétention sous contraceptifs des utilisatrices du DMPA sous cutané versus les utilisatrices du DMPA intramusculaire : étude de cohorte prospective 2015-2016.
Étude financée par PATH/USA (https://www.path.org ), elle visait à comparer la rétention des utilisatrices des deux formes du DMPA avec comme hypothèse que la forme sous cutanée, plus facile d’administration et à dosage plus faible, favoriserait la rétention. La recherche a été mise en œuvre dans quatre régions du Burkina par un consortium de chercheurs provenant de l’IRSS, de l’IASP, du Centre Muraz et l’Institut Supérieur des Sciences de la Population.
  • Efficacité d’un ensemble d’interventions dans l’amélioration de l’adhésion à la planification familiale du post-partum : Essai clinique Randomisé en Grappes 2015-2018.
 
Recherche financée par l’OMS/HRP et conduite dans deux pays : Burkina Faso et République Démocratique du Congo. La recherche est mise en œuvre au Burkina Faso par des chercheurs de l’IRSS et de l’IASP. Elle visait à identifier, mettre en place et tester l’efficacité d’une combinaison d’interventions visant à améliorer l’adoption des méthodes de planification familiale dans le post-partum.
  • L’étude sur les pratiques de corruption dans le secteur de la santé
Cette étude a été conduite de Juillet à Décembre 2017 sur financement du Réseau National de Lutte contre la corruption (RENLAC- http://renlac.com )  et avait pour objectifs d’analyser les dispositifs organisationnels, juridique et institutionnels du système de santé, d’identifier et documenter les pratiques de corruption (flux des malades, système de commande et de gestion des médicaments, des consommables, du matériel, etc) et enfin d’identifier les facteurs favorisant la corruption dans le système de santé.
  • L’évaluation de la mise en œuvre des TDRs communautaires pour le paludisme au Burkina Faso avec JHPIEGO
Ce projet de recherche a été financé par JHPIEGO CORPORATION (1615 Thames Street, Baltimore, Maryland 21231 États-Unis).
L’Objectif général était de fournir à partir de la phase pilote, des éléments d’orientation pour la mise à l’échelle au Burkina Faso de la confirmation des cas de paludisme par les tests de diagnostic rapide au niveau communautaire.
  • Recherche opérationnelle sur les modules de formation sur la prise en charge des violences sexuelles et des avortements en situations de crises humanitaires.
Recherche financée par la commission des nations unies pour les réfugiés (division des femmes- https://www.womensrefugeecommission.org ) et visait à piloter des outils de formation des prestataires sur la prise en charge des victimes de violences sexuelles ainsi que des cas d’avortements dans les situations de crises humanitaires.
  • Evaluation des besoins des utilisatrices de méthodes contraceptives au Burkina Faso (2014-2015).
Ce projet de recherche a été financé par S2N Heath (http://www.s2nhealth.com ), Les objectifs étaient d’explorer les préférences des utilisatrices de différents âges et situations de vie procréative vis-à-vis de des méthodes contraceptives afin d’informer le développement de nouveaux contraceptifs à même d’améliorer l’adhésion des utilisatrices aux méthodes et une meilleure rétention dans l’utilisation.